Finance

Top 10 des métiers de la finance les mieux payés

Le avril 2, 2021
billets

La finance est l’un des pôles les plus importants de toute entreprise.

Un contrôleur de gestion ou un expert-comptable par exemple, va analyser la situation financière pour une meilleure gestion de la trésorerie et des budgets alloués à certains départements de l’entreprise pour aider le directeur à gérer au mieux sa société. Certains postes sont plus prisés par les firmes que d’autres et donc permettent des salaires plus conséquents. Connaître la spécificité de chaque métier du secteur financier est une initiative intéressante pour bien se positionner sur le marché de l’emploi.

C’est quoi la finance ?

La finance est un secteur d’activité qui permet d’obtenir les capitaux nécessaires pour accomplir une opération économique. Au sein d’une entreprise, ce département va exploiter les ressources disponibles et chercher à en créer des nouvelles pour couvrir les charges ou investir.

Aussi, grâce à l’analyse financière, elle aide à trouver un équilibre entre la mise en œuvre d’une prévision et la création de valeur. Cela peut permettre de prévoir si un projet est viable ou non. La finance peut donc aider à la gestion et de la prise de décision au sein de l’entreprise. 
 
Enfin, un troisième rôle de ce secteur est d’optimiser les dépenses pour accroître les bénéfices. La finance est un élément fondamental au développement d’une activité. Il est alors facile de comprendre pourquoi les financiers sont recherchés par les firmes.

Les salaires des métiers de la finance

Cette section présente 10 métiers d’avenir dans le secteur de la finance pour vous aiguiller dans un changement de voie professionnelle.

Directeur administratif et financier (82 000–155 000 euros)

Encore appelé le DAF, le directeur administratif et financier supervise les services administratifs, financiers et comptables d’une entreprise. 

Son rôle s’étend également au management, il est habileté à établir des règles de gestion et des indicateurs de suivi. En outre, dans l’exercice de ses fonctions, il sera amené à faire des recommandations stratégiques à la direction générale.

Consultant en actuariat (50 000–150 000 euros + bonus)

Ce professionnel est un expert du traitement et de l’analyse des répercussions financièresdu risque. Il propose des modèles mathématiques et des statistiques pour prévoir l’évolution d’une situation donnée. Grâce à ses analyses, il prépare les contrats de sorte à ne laisser place à aucun imprévu. Il travaille pour le compte d’une banque ou d’une l’assurance.

Trader (100 000 euros)

Un trader est une personne qui exerce sous le statut d’indépendant ou de salarié. Son objectif est de générer du profit pour ses clients en achetant et en vendant différents produits financiers. Pour cela, il veille et s’informe régulièrement sur les fluctuations du marché. Ainsi, il peut acheter et revendre tout en minimisant les risques. Grâce à son expérience, il peut aussi être un conseiller expert de son domaine pour les personnes qui souhaitent investir. 

Contrôleur financier (92 900 euros)

Le contrôleur financier supervise le département comptable de la société pour laquelle il travaille. Ce profil peut aussi s’exercer dans un cabinet.

Dans l’un ou dans l’autre cas, il contrôlera la fiabilité des finances, des dépenses et des comptes. Il veillera également à leur régularité selon les normes comptables en vigueur et la législation. Par ailleurs, il joue en outre un rôle de conseil. À partir de ses observations, le contrôleur financier donnera des recommandations à la direction générale.

Responsable de la consolidation (90 900 euros)

Ce spécialiste de la comptabilité et de la gestion exerce sa profession au sein d’un groupe de plusieurs sociétés. Son rôle principal sera de rassembler les comptes et de présenter les états financiers d’elles toutes comme si c’était ceux d’une seule entreprise. Ainsi, pourra-t-il retranscrire fidèlement la situation économique du groupe dans le respect des normes légales. Il faut noter que les exigences varient en fonction de la taille du groupe et des secteurs consolidés.

Directeur comptable (75 000–85 000 euros)

Le rôle de ce cadre est de garantir la crédibilité des comptes d’une société ou d’un groupe. Pour cela, il supervise, encadre et coordonne les équipes comptables. Il veille aussi à la conformité et à l’exactitude des écritures comptables de la structure selon les normes.

Parfois, il peut être amené à établir les règles nécessaires pour le traitement de certains comptes particuliers. Il est en outre chargé de la relation avec les organismes financiers et de la réalisation des plannings d’audit. Enfin, il veille à l’évolution des réglementations comptables, juridiques et fiscales.

Directeur de la trésorerie et du financement (70 000–80 000 euros)

Ce spécialiste a pour rôle de sécuriser et d’optimiser les flux financiers et la trésorerie. Pour cela, il établit la politique de gestion financière et de la trésorerie de l’entreprise. Dans l’exercice de ses fonctions, il peut être amené à trouver des solutions de financement et des partenariats. La gestion de la politique de recouvrement fait également partie de ses attributions. Enfin, à partir d’une observation de fragilité financière, il peut donner des recommandations de gestion au directeur financier qui saura prendre les bonnes directives.

Responsable de l’audit interne ou externe (65 000–76 000 euros)

Qu’il soit externe ou interne, l’auditeur a pour rôle de vérifier et de contrôler la légalité des comptes. Il veille à la fiabilité des données financières communiquées et à la sincérité des comptes. L’auditeur est compétent pour fournir des rapports détaillés de son audit via des tableaux de bord afin d’informer les investisseurs. Enfin, on attend de cet expert, des conseils à la fin de l’audit. Il faut noter qu’un auditeur externe n’est pas membre de l’entreprise audité contrairement à l’auditeur interne. Il travaille souvent pour des cabinets ou pour des banques.

Chef de projet finance (70 000 euros)

Après la phase de la planification et l’analyse financière, il peut aussi prendre en charge la conduite du projet. À cette étape, il supervisera le déroulement de la planification et l’évolution de l’épuisement du budget. Il est chargé de la vérification des livrables et de la gestion du développement. Enfin, il s’assure de la meilleure adéquation délai/qualité/coût.

Expert fusion et acquisition (70 000 euros)

Ce professionnel est un conseiller des sociétés sur leurs opérations financières. Jumelant son intuition et son sens des affaires, il prépare la réussite ou l’échec d’un projet. Il peut s’agir d’une fusion, d’une vente ou de l’introduction en bourse.

L’expert fusion et acquisition est sans cesse à l’affût des opportunités financières. Ainsi, il représente donc un conseil efficace pour dénicher les bonnes affaires. Il peut aussi aider à construire un carnet d’adresses. Enfin, il dispose des compétences pour monter, négocier, faire des reportings et piloter des transactions financières.

Si vous souhaitez vous orienter vers les métiers de la finance, pléthore de possibilités s’offrent à vous. Si les études peuvent être longues et l’accession aux postes concurrentiels, les emplois dans la finance garantissent des salaires à la hauteur et des responsabilités importantes que vous soyez dans une petite ou une grande entreprise.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.